FOI ET CERTITUDE : CROIRE SANS DOUTER ?


C'était lors d'un parcours alpha, lors de l'échange, une des participantes exprima sa déception de ne pas avoir suffisamment de certitudes sur sa foi. Mais est-ce vraiment un problème ? est-ce même souhaitable ?
Cela m'a fait penser à un vieil interview d'un prêtre. Il se moquait de ceux qui cherchent toute leur vie, lui il avait fini sa recherche et pouvait donc maintenant enseigner (contrairement aux autres). Mais la suite de l'article décrivait son parcours : Il avait quitté l'église catholique pour rejoindre la fraternité saint Pie X compte tenu de l'écart entre ses convictions et celles de l'Eglise. Rien de très original jusque là, mais récemment il avait rompu aussi avec la fraternité pour divergence de conviction.
Si on relit les Evangiles, avec qui le Christ a le plus de difficultés : avec ceux qui ont les plus fortes certitudes !! les pharisiens, les docteurs de la Loi. Pourquoi ?

Avoir trop de certitude engendre trois problèmes :

S'enfermer dans ses certitudes c'est ne plus être capable de progresser. Or qui peut prétendre tout comprendre de Dieu ? Résultat, vous ne cherchez plus à connaître Dieu, votre vision de Lui vous suffit. C'est ce qui est arrivé avec les pharisiens. Leur loi avec ses multiples commandements leur suffisait. Ceux qui ont suivi le Christ, ses apotres, ses disciples, étaient des gens moins instruits, plus ouverts à le rencontre avec Dieu. On peut dire la même chose de la science : à chaque siècle, certains scientifiques ont déclaré que celle-ci était complète, que tout avait été tout découvert. Heureusemnt, certains savants ont douté, et ainsi permis de grande découvertes qui ont bouleversé les anciennes lois.

ne plus chercher, c'est ne plus s'intéresser. Nous aimons trouver, progresser, et là où nous n'avons plus rien à apprendre nous intéresse beaucoup moins. Il en est de même des gens, nous aimons mieux les connaître, mieux les comprendre. Aimer Dieu est pareil : c'est vouloir en savoir plus de Lui.

avoir des certitudes trop affirmées, c'est souvent s'opposer à celles des autres, et à terme rejetter ceux-ci. Comme notre prêtre dans l'exemple ci-dessus, comme les pharisiens avec Jésus, comme dans l'Eglise où à chaque évolution certains préfèrent leurs certitudes à l'amour du prochain, préférant s'en séparer, créer leur propre église.