Chargez le texte de la guérison des 10 lépreux, sur une nouvelle fenêtre

EVANGILE: JESUS GUERIT DIX LEPREUX - ENSEIGNEMENT DE CETTE GUERISON


Jésus guérit dix lépreux : les principaux commentaires, sermons ou prédications de cette guérison biblique (Evangile de Luc 17 11-19) portent sur notre propension à demander plutôt qu'à remercier, à louer Dieu. Mais d'autres enseignements, pistes de méditations peuvent être tirés de ce texte dans la Bible. Plutôt que de faire une analyse détaillée de la morale dégagée, je vous propose de faire l'étude de deux points concernant notre relation à Dieu : quand prier et comment Dieu peut se faire aimer.

Prier seulement quand on a besoin d'aide ?

Le premier message de l'histoire des 10 lépreux est que nous sommes nettement plus enclins à prier en cas de besoin, de souffrance ou de maladie. Et si notre prière de demande de guérison est exaucée, dès que nous allons mieux nous avons tendance à oublier Dieu. Dieu n'est d'ailleurs pas un cas à part, car même avec d'autres hommes, notre relation est souvent intéressée. Combien de fois nous renouons avec d'autres personnes uniquement quand nous avons besoin d'eux.
Cet évangile devrait nous remettre en cause : faut-il attendre d'être mal portant pour chercher le contact avec Dieu ?

Miracles : La puissance fait-elle aimer ?

L'histoire des lépreux : 10 personnes pour demander, 1 pour remercier et louer, 0 disciple et 0 au pied de la croix pour soutenir Jésus. Si le but de Dieu est une union d'amour avec les hommes, le résultat de ce miracle est faible !! On peut en dire d'ailleurs de même de l'ensemble des miracles de Jésus dans la Bible : des foules viennent à Lui dans l'espoir d'en bénéficier, et malgré les nombreuses guérisons réalisées, seulement 4 personnes (dont sa mère) au pied de la croix pour le soutenir.
En réalisant des miracles, Jésus a montré sa puissance. Mais la supériorité engendre au mieux le respect, voir l'admiration, quasiment jamais l'amour. Un de nos hommes politiques l'a bien compris, qui pour se faire élire, à choisi comme promesse électorale "un président normal".

Ce texte est ainsi une explication à la limitation des interventions de Dieu. Les multiplier ne ferait qu'accroître la sensation d'écart avec Lui. Pour arriver à créer une relation d'amour avec sa création, Dieu a choisi non la supériorité mais l'humilité, l'abaissement : Il s'est fait homme, pas un chef riche ou puissant mais un humble artisan, et il a accepté de subir de la part des hommes un supplice réservé aux esclaves ou criminels.