Chargez le récit de Jésus et la femme samaritaine, sur une nouvelle fenêtre

RENCONTRE DE JESUS ET DE LA SAMARITAINE : ANALYSE DU COMPORTEMENT


Histoire de la rencontre de Jésus avec la samaritaine : les principaux commentaires de ce texte biblique (Evangile de Jean 4,1-42) portent sur la pédagogie de la rencontre, l'exclusion, la conversion, le salut, la vie éternelle ... Vous trouverez de très beaux enseignements dessus (études, homélies, prédications ...). Plutôt que faire l'étude de ces différents points, je vous propose une analyse / méditation sur un aspect qui m'a frappé : le comportement de Jésus et de la femme samaritaine quant à notre propension à la division.

Samaritaine : parler d'abord de ce qui divise

Si on relit ce texte de la Bible, quand la samaritaine aborde avec Jésus ses relations avec les Juifs, elle n'évoque que ce qui les oppose : "Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine?" : double opposition homme/femme, juif/samaritain. Et quand elle découvre en Jésus un prophète, sur quoi l'interroge-t-elle : sur une des principales raisons de leur division, les lieux différents de culte (Samarie/Judée).

Jésus : ce qui rassemble

Sur la première question homme/femme, juif/samaritain, Jésus ne répond pas, mais parle d'autre chose : la possibilité que Lui l'aide à boire une eau extraordinaire, qui donne la vie. Et Jésus balaye la division sur le vrai temple en mettant les deux lieux de culte sur le même pied : des lieux temporaires imparfaits qui seront bientôt abandonnés par tous au profit de ce que veut vraiment Dieu : une adoration en esprit et non pas en geste. Aux questions qui divisent, Jésus oppose des réponses d'union.
Cette volonté d'union du Christ va loin. Quand Jésus lui répond qu'elle a eu en effet 6 "maris", comportement en opposition avec son enseignement, il ne lui fait aucun reproche. Comme pour la femme adultère "moi aussi je ne te condamne pas".

vie de la samaritaine

Bien qu'on ne puisse en conclure qu'il y ait un lien de cause à effet, il est frappant de noter ce comportement de recherche de l'opposition et le fait que la samaritaine a changé 5 fois de mari. Est-ce qu'un tel comportement peut conduire à une relation durable ?

Et aujourd'hui ?

Ce qui est frappant dans cet extrait de l'Evangile, c'est que ce comportement de la samaritaine correspond à une des attitudes les plus répandues chez les humains, voir d'abord ce qui nous divise à ce qui nous unit :
- comme pour la samaritaine, on peut se demander si ce n'est pas la raison de tant de ruptures de relation à notre époque;
- Cette propension se retrouve aussi au niveau religieux, où les divisions entre croyants sont multiples : quel que soient les religions, celles-ci se sont éclatées entre de grands courants : catholiscisme, orthodoxie et protestantisme pour le christianisme, sunnisme et chiisme pour l'islam, grand et petit véhicule pour les bouddhisme, sadduccéens et pharisiens pour les juifs au temps du Christ ... Ces courants se sont eux-mêmes divisés en multiples sous-courants, sans compter de muliples autres courants plus petits ...

Bien entendu, chacun a milité pour le rétablissement d'une unité religieuse, autour de la vraie religion, c'est à dire la sienne. Et comment ? le plus souvent en affichant d'abord les différences, pour faire ressortir les "imperfections" des autres et justifier des actions violentes. Parler de nos divisions pour arriver à l'union, curieuse méthode !! Ce passage dans la Bible nous montre la voie que Jésus nous propose : pas la peine de perdre son temps sur nos raisons de divisions, mais d'abord aborder ce qui peut nous rassembler.

Dieu : relation d'union. Satan : recherche de la division

Si on relit le passage de la chute d'Adam et Eve dans la Génèse, on remarquera que le but du diable, symbolisé par le serpent, est la division : division entre les humains et Dieu, division entre Adam et Eve (Adam accusant Eve) amenant la division entre Abel et Caïn. Est-ce vraiment servir Dieu que de précher l'opposition avec ceux qui ne pensent pas comme nous ? Où est-ce servir quelqu'un d'autre ? Arriver à faire précher la querelle au nom de Dieu est sans doute le plus beau succès de Satan.

Oecuménisme, c'est dur !

Petite histoire pour illustrer cette constatation : un ami agnostique avait invité des croyants de tous bords pour discuter des parcours alpha (mouvement oecuménique d'évangélisation) : un monothéiste non chrétien, un protestant et un catholique ayant tous les deux été animateur d'alpha. J'étais parmi eux, je décris la soirée type du parcours alpha : diner, mini conférence et partage. Le non chrétien se moque : "chez nous on est plus malin, on n'invite à diner que si la personne est convertie". L'autre chrétien animateur, trouvant que les textes de conférence étant trop influencés par les autres églises que la sienne, a préféré démissionné. Devant un tel fiasco, j'ai préféré me taire. L'agnostique n'a pas été édifié !!