Chargez les récits de la création de la Génèse



COMMENTAIRE SUR LA CREATION DE L'HOMME ET DE LA FEMME DANS LA BIBLE, ADAM ET EVE

Dans la page précedente, nous avons commenté l'aspect matériel des récits de la création et des points thélogiques sur cette création. Un autre point intéressant est la place relative de l'homme et de la femme dans ces récits.

Deux conceptions de la création de la femme

dans le premier récit biblique de la création (celui en 7 jours), l'homme et la femme sont créés ensemble, à égalité : "il créa l'homme et la femme ". Par contre, dans le deuxième récit, l'homme est créé en premier, la femme en dernier. Pourquoi cette divergence dans les récits ? Il faut se rappeler que les auteurs de la Bible ont réécrit des mythes préexistants. Ils ont souvent retenu la trame matérielle, mais pour mieux corriger la vision spirituelle.

Place de la femme en récit pré-biblique

Le deuxième récit biblique de la création reprend visiblement le thème du mythe de Pandore. Or les grecs, mis à part les spartiates, étaient particulièrement mysogines. Le mythe de Pandore est à ce sujet révélateur. Les hommes vivaient heureux, ils étaient immortels. Mais quand Prométhée fit présent du feu aux hommes, les dieux voulurent réduire leur puissance. Pour cela, ils créèrent une femme, Pandore, à partir d'argile, et l'offrirent à un homme. Dans ses bagages se trouvait une boite contenant tous les maux de l'humanité, dont la mort. Evidemment, trop curieuse, Pandore ouvrit la boite et l'humanité connut le malheur.

Création d'Eve à partie de la côte d'Adam

Le texte de la Bible reprend tous les thèmes du mythe de Pandore, mais en changeant le rapport homme-femme. Dieu n'a pas créé la femme pour le malheur de l'homme, mais pour le bonheur de l'humanité, afin qu'ils soient un : "ils deviendront une seule chair". On comprend mieux alors la raison qui poussèrent les auteurs à imaginer le prélèvement de la côte d'Adam. Contrairement à la mythologie grecque où la femme n'est pas égale à l'homme, car pas de même nature (créée à partir d'argile), pour les auteurs de l'ancien testament, la femme est formée de la même chair que l'homme. De plus si on lit la suite de la Bible, Adam et Eve sont corresponsables de l'ouverture de la "boite à malheur" (représentée ici par le fruit défendu). Le deuxième récit de la création est donc une version d'anciens mythes païens mysogines, récrits de façon à rétablir l'égalité entre l'homme et la femme.