LE PREFET DE POLICE DE PARIS ET SES DIFFICULTES EN CALCUL


Pauvre préfet de police, il n'aime pas beaucoup les mathématiques, surtout les calculs. il s'attendait à être tranquille sur ce point à ce poste, mais malchance, voilà qu'ont lieu les manifestations les plus importantes qu'il n'y ait jamais eu en France. Et il faut en faire le comptage !! Mais il est très mal à l'aise avec les grands chiffres, notamment au-dessus de 300 000. Et évidemment le pauvre se trompe énormément, à tel point que tout le monde s'en rend compte.

Le problème, c'est que les chiffres de ses calculs circulent partout dans le monde, et l'éducation nationale qui cherche à attirer les étudiants étrangers commence à s'inquiéter de son image : Comment un pur produit de l'école publique, bardé de diplômes, peut ne pas savoir compter !! Même la FEN s'en émeut pour le prestige des professeurs.

Et la situation ne fait que s'aggraver !! Chaque comptage est un calvaire mathématique pour ce pauvre préfet. Il en sort épuisé à chaque fois, résultat il n'arrive plus qu'à des chiffres de plus en plus petits, et l'erreur de calcul devient de plus en plus manifeste.

Pour le prestige de la France, Hollande lui demande de montrer qu'il a quand même appris quelque chose à l'école. Le préfet se dit qu'il pourrait prouver ses acquis littéraires. Malheureusement, à part lui, tout le monde sait qu'il a de graves difficultés avec la subtilité de la langue française. Il a beaucoup de mal à faire la distinction entre les différentes notions, comme "manifestants pacifiques" et "casseurs", ou "dérapage" et "émeute". Quand il faire part de son projet à Hollande, celui-ci est pris de panique et lui demande de trouver autre chose.

Ne pouvant prouver des acquis scientifiques ou littéraires, il reste au préfet le coté artistique. Et là, il a une idée, il peut montrer que l'éducation nationale lui a appris quelque chose : le coloriage !! Et il se met à colorier des photos.