TÉMOIGNAGE



Angoisse handicapante et foi


Quant à ma rencontre avec Dieu, elle s'est passée de manière je dirais furtive, inattendue en 1986, je ne l'ai jamais oublié et j'étais d'ailleurs au travail à ce moment là. Même avec son soutien, ce n'est pas toujours facile, mais je sais qu'il est là. A 55 ans, je sais qu'une grande partie de ma vie est faite et je l'ai surtout remplie plus sur le plan associatif que sur le plan professionnel, sans oublier la famille (marié avec une femme merveilleuse et 1 fille de 28 ans et 2 gars de 25 et 19 ans). Oui, j'ai eu pas mal d'engagements et monté pas mal de projets concrets dans l'humanitaire et j'ai vu la souffrance de près chez les autres et des bénévoles fantastiques. Je continue mon petit chemin sur ce plan du don pour l'autre, mais je sais, sans faire preuve de fatalisme, que je mourrai avec cette anxiété chronique, parfois handicapante et c'est ainsi.

Dieu, je le sais pourtant, peut à tout moment m'en délivrer du jour au lendemain et je l'aimerais bien avant de connaître le soir de ma vie, mais cela relève du mystère et de la miséricorde de Dieu. Pour finir, je sais que tant de millions de gens, d'enfants souffrent bien plus que moi dans le monde et parfois c'est terrible. Ce qui me fait tenir, c'est l'espérance et ce sens que je cherche avec obstination (peut-être trop d'ailleurs !) à donner à ma vie. Voilà ce rajout et je prie aussi pour ceux qui cherchent Dieu et la paix, merci d'avoir pris en compte mon message et bravo pour votre initiative.

Guy